E-cigarette : le vapotage passif est-il nocif ?

Le vapotage passif est encore un sujet de débat constant entre les scientifiques du monde entier. Pendant que certains clament qu’il est inoffensif, d’autres affirment qu’il est aussi dangereux que le tabagisme. Mais alors, qu’en est-il vraiment ? Le vapotage passif est-il nocif pour l’entourage du consommateur ?

Un danger semblable au tabagisme

L’étude la plus célèbre sur l’effet du vapotage passif a été menée par l’Institut de santé publique de Norvège en 2015. Quinze personnes ont fait l’objet de cette recherche. Elles ont été exposées à la nicotine gazeuse issue de la cigarette électronique. À la fin de l’expérience, le taux de nicotine dans le sang de chaque individu a été mesuré. Les résultats ont été positifs confirmant la contamination par vapeur.

Dans ses conclusions, l’équipe norvégienne a affirmé qu’il y avait une similitude entre l’exposition à l’e-cigarette et au tabac. D’après l’Institut, le vapotage passif serait aussi dangereux que le tabagisme passif lui-même. Actuellement, l’utilisation de la cigarette électronique dans un lieu public est très discutée à cause de cette étude. Certains scientifiques craignent qu’elle n’entraîne les mêmes effets nocifs que le tabac.

Le vapotage passif serait sans danger

Après le rapport de l’Institut norvégien, d’autres scientifiques se sont penchés sur le sujet. Les adeptes de l’e-cigarette déclarent que les résultats sont beaucoup trop surévalués. Selon eux, le vapotage passif entraîne juste une exposition à faible dose de nicotine. L’inhalation d’infimes gouttelettes ne devrait pas avoir de grands impacts sur la santé.

Il faut savoir que l’e-liquide contenu dans l’e-cigarette contient beaucoup moins de substances toxiques que la cigarette. De ce fait, elle est moins susceptible d’entraîner des effets néfastes sur la santé cardiaque et respiratoire. Les seuls éléments qui peuvent atteindre un vapoteur passif sont le propylène glycol, le glycérol et parfois la nicotine et la diacétine contre des milliers d’autres pour le tabac.

Une exposition moindre

Entre ceux qui affirment que le vapotage passif est dangereux et ceux qui disent le contraire, qu’en est-il vraiment ? La Revue médicale suisse a effectué une contre-expertise pour répondre à cette question. Selon leur recherche, une petite quantité d’e-liquide persiste dans l’air ambiant après qu’il a été expulsé par le vapoteur.

Toutefois, au bout de 60 secondes, il s’évapore naturellement. Pour le tabac, cette durée est multipliée par 100. En effet, l’aérosol a une particularité gazeuse différente de la cigarette et se désagrège donc plus rapidement. Ainsi, même si le vapotage passif est réel, il est de très faible envergure.

E-cigarette : les conséquences sur les poumons et la gorge
Maigrir avec la cigarette électronique : le vrai du faut